artmonte-carlo

artmonte-carlo

Esplanade 2024

artmonte-carlo / Esplanade 2024

Esplanade du Grimaldi Forum

À l’occasion d’artmonte-carlo, l’Esplanade du Grimaldi Forum a accueilli une sélection de sculptures provenant de galeries exposantes, ainsi qu’une scénographie intégrant du mobilier issu d’une collaboration entre la Fondation Prince Albert II de Monaco et le Pavillon Bosio.

liste

des œuvres

Fondation Albert II X Pavillion Bosio

Bench Fondation Albert II X Pavillion Bosio

55cm x 200cm, 4 pièces, 35kg chacun

La Fondation Prince Albert II de Monaco :

Le salon artmonte-carlo a l’honneur de collaborer avec la Fondation Prince Albert II de Monaco, en présentant sur l’esplanade du Grimaldi Forum des bancs produits initialement par la Fondation pour le Green Shift Festival.

Les bancs sont conçus par les artistes et scénographes Gabriel-Noé Rosticher et Ahmad Reshad, étudiants en Art et Scénographie de l’École Supérieure d’Arts Plastiques de la ville de Monaco – Pavillon Bosio. Ces derniers ont travaillé plusieurs mois sur l’implantation du festival, l’espace scénique et le design d’une partie du mobilier et des assises en bois recyclé. S’inspirant de la technique de construction japonaise « kigumi », les différents éléments du mobilier s’assemblent sans vis et se démontent facilement pour un stockage optimisé.

Cortesi Gallery

Helidon Xhixha

1970 Durrës, Albania
Luce, 2012 / Acier inoxydable poli, 280 x 80 x 100cm, 120kg

Provenance : Private collection, Italy.

Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Accumulation of bronze propellers

195 x 95 x 100 cm, unique pièce, 500kg

SEMIOSE

Stefan Rinck

Géraldine, 2022
Marbre, 88 x 40 x 175 cm, 1050kg

Le sculpteur allemand, issu d’une double formation en beaux-arts et taille de pierre, est lecteur des philosophes romantiques, dévoreur d’images et de formes issus autant du folklore que de l’art ancien ou de la culture visuelle du XXe siècle.

La sculpture en marbre, Geraldine (2022) semble être un hybride entre un dinosaure de cartoon et un rhinocéros à corne. Elle relève autant de la sculpture animalière, un genre qui triompha au XIXe siècle, que du mobilier urbain, tout en s’ancrant dans un imaginaire au croisement de la sculpture romane et du dessin animé contemporain.

Scroll to Top